bleumarie

mardi 12 mars 2013

Chemin de terre inondé

Il a beaucoup plu dans le département des Pyrénées-Orientales en ce début du mois de mars.
Fait rare, l'alerte rouge a même été déclenchée. Alerte aux crues qui n'a pas empêchée une femme de mourir noyée. Elle est passée, malgré un panneau d'interdiction, avec sa voiture dans un passage à gué.
Je connais bien ce passage. La plupart du temps, il n'y a jamais d'eau. Il suffit d'une fois... On se dit qu'on est pressé, que ce serait bête de perdre dix minutes à faire le tour au lieu de prendre ce raccourci... on se dit que ce n'est pas dangereux, qu'en voiture on ne risque rien...
Et puis on y va, malgré le panneau d'interdiction.
Mais la Nature est redoutable quand elle se déchaîne. La force du courant ne lui a laissé aucune chance.
Oui, on peut vraiment mourir bêtement.

J'ai pris cette photo quelques jours après les inondations, dans un parc superbe à quelques kilomètres de chez moi.
Il faisait un temps magnifique, le ciel était d'un bleu incroyable. Dans cette partie du parc, il y avait beaucoup d'endroits où l'eau stagnait. Ici, c'est un peu magique car l'eau reflète à la fois les arbres et le ciel mais elle laisse apercevoir le chemin de terre en dessous. Cela donne cette couleur dorée que je trouve très belle.
Et il y avait aussi un banc, qui se retrouvait seul entouré d'eau... Une sorte de banc-île quelque part... L'imagination dans ces cas là peut aller bien loin.