bleumarie

samedi 11 juillet 2009

Histoire d'Aubes ...






Cinquième nuit blanche.
Marathon corrections copies.
Objectif VACANCES !
Je ne sais pas comment je tiens, mais je tiens !
Je veux finir ce vendredi
et puis rester zen ce week-end.
Surtout pas la plage. Pas déjà, trop de monde !
Lundi, la plage et surtout l'esprit libre.
Ce matin, je me demande
si la Dame asiatique est toujours là.
Je suis la seule à la voir, mais j'y crois !
Ma lointaine ancêtre peut-être me salue
depuis le Levant, sa patrie ?
Oui, c'est véridique.
Mon arrière arrière grand-mère était asiatique.
C'est donc elle que je vois.
Plus aucun doute là-dessus.

L'Aube est très différente ce matin.
D'abord un peu grise, mine fatiguée
au sortir de la nuit.
Comme on peut l'être à 5 heures du mat,
sortant de discothèque,
les oreilles bourdonnantes.
Aveuglée par la lueur blafarde du matin.
Titubant sur le bitume gris du parking.
Hier soir envahi par des centaines de véhicules.
Et au petit matin,
jonché par des mégots de cigarettes,
et des capotes usagées
dans les coins les plus discrets.
Souvenirs tristes d'amours avortés,
de rencontres d'ivresse,
sitôt consommées, sitôt oubliées.

Mais l'Aube change vite, elle revêt maintenant
sa tenue de flamenco.
Robe rouge, mantille noire, regard de feu.
C'est l'Aube que j'ai surprise devant son miroir
le tube de rouge à lèvres dans la main,
prête à s'enflammer, belle à se damner !

La Belle est déjà partie,
voici l'Aube que je préfère.
L'Aube Layette.
Bleu pastel et rose tendre.
C'est elle qui me touche,
qui me prend aux tripes.
Qui remue en moi mes plus beaux souvenirs.
Comme mes bébés qui bougeaient
lovés dans la chaleur de mon ventre.

Et puis voilà, les Aubes sont parties.
Aube de cendres
Aube de feu
Aube tendre.

Cinq nuits blanches pour enfin la Perfection.
La Sainte Trinité des Aubes
m'a visitée ce matin.
Je l'avais bien méritée.
Merci, c'était divin...

Photos et texte Marie B.