bleumarie

lundi 7 septembre 2009

Mes vacances : du bleu : mer, ciel, du soleil, Carla !, la maison des chats, le chat-garou, le GIGN de la mer !

Encore quelques anecdotes de vacances avant de partir...
J'ai fait de belles rencontres, j'ai vu des choses surprenantes, amusantes, agaçantes aussi !
Enfin quand je dis "rencontres", c'est un bien grand mot.
C'est mon appareil photo qui m'a permis de faire des "rencontres". L'après-midi, comme je vous l'ai déjà dit, je regardai ce qui se passait sur la plage et dès que quelque chose ou quelqu'un m'interpellait, je photographiai !
Sinon, je me suis liée d'amitié avec plusieurs dames assez âgées qui venaient sur la plage très tôt le matin comme moi. Ce n'était pas des "estrangers", mais des catalanes qui habitaient là à l'année ou qui avait un petit pied à terre au bord de la mer. Alors forcément on a discuté. Nous nagions tout en papotant... C'était sympa. Mais je me suis demandée pourquoi je n'avais échangé qu'avec des personnes âgées et d'ici, comme moi.
J'ai réalisé que c'était dû au fait que j'avais pris mes vacances seule, que je n'avais plus d'enfants en bas âge à préparer le matin avant d'aller à la plage, que je recherchai comme elles le calme et la sérénité de la mer tôt le matin...
Cela m'a donné un petit coup de vieux, mais j'ai néanmoins beaucoup apprécié ces matins déserts où nous retrouvions pour discuter, comme on aurait pu le faire devant une tasse de thé.

Une seule chose m'a terriblement agacée : dans l'un des appartements jouxtant le mien, il y avait un couple avec une petite fille qui devait avoir environ 18 mois. Son prénom était Carla. Comme les parents qui appelaient leur fils Philippe sous Pétain, ce prénom est devenu tellement connoté que cela me tapait sur les nerfs d'entendre les parents (qui parlaient très fort) appeler Carla par ci, Carla par là ! Bien sûr je n'avais rien contre cette enfant, mais comme je soupçonnai les parents d'être des Sarkozystes convaincus, j'avoue que j'avais un peu de mal !

Sinon, dans l'appartement du rez-de-chaussée juste sous le mien, c'était la maison des chats ! Deux matous se prélassaient souvent dans le petit jardinet, dont un noir aux superbes yeux verts. Les volets de cet appartement étaient tout le temps fermés. J'ai donc pensé qu'il était inoccupé.
Un jour que je revenais de courses, une femme d'une soixantaine d'années, complètement échevelée et qui promenait un chien, m'a accostée. J'étais en train de sortir les sacs de commissions de mon coffre de voiture. Elle me dit en regardant ma plaque d'immatriculation : "Oh mais vous êtes d'ici alors ?" J'acquiesce et la voilà qui part dans un long monologue où il était question du vaccin H1-N1 qu'il ne fallait surtout pas faire car cela faisait partie de la stratégie gouvernementale de vacciner les vieux, les malades, les personnes handicapées pour les euthanasier car ils coûtaient trop cher à la société ! Je vous passe les détails et les élucubrations de cette femme. Elle habitait à l'année l'appartement en-dessous du mien, où les volets étaient toujours fermés. Elle m'a également confiée qu'elle avait huit blogs et qu'elle "travaillait" 20 heures par jour pour alerter ses concitoyens.
Quelle tristesse ! Habiter un immeuble construit directement sur le sable, avoir une belle véranda et un petit jardinet mais ne jamais ouvrir les volets pour profiter du spectacle grandiose de la mer... Je me suis demandée comment était la vie de cette femme ... avant ... , si elle avait des enfants, ce qu'elle faisait avant d'être à la retraite.
Certainement encore une personne seule et isolée dans son monde délirant, et que l'on retrouvera morte au bout de six mois ou un an, parce que la boîte aux lettres débordera.

Elle pense qu'elle n'est pas seule, elle a son chien, ses chats, ses blogs ... Mais moi ça m'a fait mal de la voir ainsi recluse. Je me suis dit que c'était une sorte de Brigitte Bardot non pas d'extrême droite, mais d'extrême gauche et même au-delà ! Oui, c'était triste.
J'ai pris des photos des chats, de son jardinet avec un joli lampadaire, pour me souvenir d'elle...

Un matin très tôt, j'ai pris des photos du chat en oubliant d'enlever le flash. Le résultat fût assez surprenant ! D'où le mot chat-garou dans le titre de cet article.

Un autre matin, j'étais seule à nager, la mer était exquise, et je vois arriver trois hommes en combinaison de latex noire, cagoule noire, fusil dans la main.

J'étais interloquée. Je me suis prudemment éloignée d'eux en allant nager un peu plus loin sans les quitter des yeux. Ils ont enfilé les palmes (noires), ont mis le masque et le tuba et sont allés nager vers la barre de rochers. Je dois dire que mon étonnement était grand, ainsi que mon amusement qui avait rapidement pris la place de mon inquiétude. Il faut dire qu'il faisait déjà bien chaud et que la mer devait être au moins à 24° ! Autant voir une femme en manteau de fourrure se balader sur la plage ! J'ignore ce qu'ils cherchaient sous les rochers, mais en moi-même je leur ai donné le surnom du "GIGN de la mer". J'ai réussi à prendre des photos pour vous.Voilà, encore quelques photographies amusantes ou tout simplement que je trouve belles car elles sont pour moi le reflet de mes vacances.

Un peu kitsch assurément ...

Mais on pardonne tout aux maisons de vacances aux jolis volets bleus ...

Petite scène amusante entre copains de plage ...
Les garçons discutent, la petite fille s'ennuie ...

Oh ! Et puis zut, je m'en vais ...

Mais ! Où est-elle passée ???

Certains font la carpette... D'autres exercent leur musculature ... mmmmhhhh ... de rêve !

D'autres admirent les beaux galets ramassés sur le bord de l'eau ...

T'es ma meilleure copine !

Chorégraphie improvisée, avec raquettes !

Les amoureux sont seuls au monde face à l'immensité bleue ...

Un soir, une "drôle de dame", bonnet de bain sur la tête, elle marchait en crabe !
Il se passe des choses bizarres sur cette plage.

Pavillon bleu !

Drapeau vert !

... et quelques minutes après, la tramontane se lève, la brume envahit la plage ...
Drapeau orange !!!

En même temps que le lever du soleil, la dameuse entre en action.

Beaucoup de bruit, beaucoup de sable qui s'envole au gré du vent ...

Mais ensuite, le sable redevient vierge de toutes traces ...

Elle passe et repasse, bientôt je descendrai sur la plage
et je serai la première à conquérir ce territoire !

Parasol bleu, mer bleue, le ciel était bleu, j'étais heureuse là-bas ...

Superbe petit appartement bleu,
jusqu'au rideau de douche coordonné avec mon tee-shirt (au 1er plan) !

Vue depuis la plage

Résidence si bien nommée, petit espace de bonheur pour moi,
ça me manque et j'ai le coeur lourd.
Demain, je vous dirai au revoir, à ma façon ...

Photos Marie B.
(merci de ne pas copier ces photos sans autorisation)